Epson EH-TW7300

vidéoprojecteur-Epson-présentation

Ce vidéoprojecteur Epson est intéressant à plus d'un titre. Son optique entièrement motorisée est exemplaire, avec une amplitude du zoom très importante, tout comme celle du lens-shit, ce qui permet de le positionner n'importe où dans la pièce sans impact sur la qualité d'image. La nouveauté la plus appréciable est la compatibilité avec les sources Ultra HD/4K grâce au mode de simulation 4K.

PRÉSENTATION

Le vidéoprojecteur Epson EH-TW7300 exploite toujours trois matrices LCD Full HD, mais il introduit une nouvelle technologie baptisée "amélioration 4K" par Epson. Cette dernière consiste à afficher deux images Full HD avec un décalage d'un demi-pixel en diagonale. Le vidéoprojecteur est ainsi capable d'afficher 4,15 millions de pixels au lieu des 2,1 millions du Full HD. Il prend donc en charge les sources Ultra HD et même s'il n'affiche pas la définition native de 8 millions de pixels de l'UHD, il permet d'améliorer la qualité d'image par rapport à un modèle Full HD.

vidéoprojecteur-Epson-réglages

Le constructeur annonce une luminosité de 2 300 lumens, un contraste de 160 000:1, le support de la 3D Full HD et une durée de vie de la lampe de 5 000 heures en mode éco (3 500 heures en standard). Vendu environ 2 600 €, l'Epson EH-TW7300 se place en sérieux concurrent du Sony VPL-HW45ES (très proche du HW40ES que nous avons testé).


QUALITÉ D'IMAGE 2D

Ce vidéoprojecteur Epson EH-TW7300 est équipé d'un zoom optique motorisé 2,1x assez impressionnant, permettant de projeter une image comprise entre 1,07 et 2,4 mètres de base avec un recul de 3 mètres. Nos mesures sont réalisées à 3 mètres avec une image de 2 mètres de base. Ce vidéoprojecteur dispose également d'un lens-shift très large (96 % en vertical et 47 % en horizontal).

Colorimétrie

Comme souvent, le mode Cinéma offre le rendu le plus fidèle. Le Delta E moyen (écart entre les couleurs attendues et les couleurs affichées) mesuré à 4,4 est assez éloigné de la valeur de 3 en dessous de laquelle l'œil humain ne fait plus la différence. La dérive des couleurs est donc visible, notamment au niveau du rouge, du bleu, du vert et du jaune, ce qui est assez décevant pour un vidéoprojecteur home-cinema.

Gamma

Le gamma est assez bien géré sur l'ensemble du spectre. La moyenne du gamma mesurée à 2,1 est proche de la valeur de référence (2,2). Les légères variations sont très difficiles à déceler.

Température

Chose suffisamment rare pour être soulignée, le vidéoprojecteur Epson permet de régler la température de couleurs sur 10 niveaux. La température des couleurs est relativement stable sur l'ensemble du spectre. Avec un réglage de la température sur 2, la moyenne enregistrée (6 240 K) est proche des 6 500 K de référence.

Contraste

Ce vidéoprojecteur ne souffre pas de l'effet arc-en-ciel affectant les vidéoprojecteurs mono-DLP puisqu'il utilise des matrices LCD. Ces dernières sont réactives puisque nous avons mesuré un temps de rémanence de seulement 4 ms, ce qui limite le flou à l'écran. Le vidéoprojecteur embarque également un système de compensation de mouvement qui permet d'améliorer la netteté des objets en mouvement, mais des artefacts apparaissent parfois. Cette compensation est à utiliser avec précaution et elle dépend surtout des goûts de chacun. Elle ne fonctionne pas avec les contenus Ultra HD.


QUALITÉ D'IMAGE 3D

Ce vidéoprojecteur Epson embarque une technologie de 3D active assez performante grâce à la bonne réactivité de ses matrices LCD. Le rendu n'est cependant pas encore au niveau des meilleurs vidéoprojecteurs DLP comme les W1070 et W1090. En effet, un crosstalk — dédoublement d'images — apparait autour des objets clairs sur un fond sombre. Les effets de profondeur sont saisissants, mais — comme souvent — les effets de jaillissements sont un peu moins probants. Pour profiter de la 3D, il faut opter pour une paire de lunettes Epson ELPGS03 vendue environ 50 €.


FONCTIONS ET ERGONOMIE

L'imposant vidéoprojecteur Epson EH-TW7300. Ce vidéoprojecteur mesure 52 x 45 x 17 cm pour un poids de 11 kg. C'est donc un très beau bébé. Ces dimensions sont bien supérieures à celles d'un BenQ W1070/W1090 et même à celles des modèles classiques. Sur ce point, il concurrence clairement le Sony WV40ES dont les dimensions sont assez proches. Le plastique blanc cassé est de bonne qualité avec quelques touches de doré, notamment autour de l'optique.

videoprojecteur-Epson-ports-connections

L'optique étant motorisée, il n'y a pas de bague de mise au point ou de réglage du zoom. Tous les ajustements se font à la télécommande ou à l'aide des boutons situés derrière une petite trappe latérale. Seuls deux boutons sont visibles de l'extérieur, correspondant à la mise sous tension et au choix de la source.La connectique de près. Rassemblée à l'arrière, la connectique comprend une entrée HDMI 2.0a compatible Ultra HD 60 i/s et HDR10, une entrée HDMI 1.4, un port USB, un port Ethernet, une entrée VGA, un port RS-232, une prise trigger 12 V (pour le déclenchement d'un écran motorisé) et une prise Opt. HDMI (300 mA) (câble HDMI en fibre optique pour une très longue distance). Dédié au home-cinema, ce modèle ne dispose pas de haut-parleurs d'appoint.

vidéoprojecteur-Epson-télécommande

La télécommande Epson est très complète puisqu'elle permet d'accéder à quasiment toutes les fonctions du vidéoprojecteur directement. Les différentes sources ont un bouton dédié, tout comme les réglages. Pour une utilisation home-cinema, cette télécommande offre également un rétroéclairage indispensable pour effectuer les réglages dans une salle obscure. Enfin, l'interface très classique est claire et réactive.


CONSOMMATION ET NIVEAU DE BRUIT

L'Epson EH-TW7300 consomme 295 W en mode haut et 258 W en mode lampe moyen. En mode Éco, la consommation passe à 229 W. Au niveau du bruit, nous avons mesuré 38 dB(A) en mode Éco et moyen alors que le bruit passe à 42,5 dB(A) en mode haut. Malgré un niveau de bruit similaire à celui relevé sur le W1070+, le bruit de ce vidéoprojecteur s'avère très grave et moins dérangeant ; on n'entend qu'un souffle sortir de l'évent. Celui-ci n'est pas inaudible, mais le bruit est largement supportable en mode éco. En revanche, en mode haut, c'est une véritable soufflerie.

POINTS FORTS

L'apport de la simulation 4K. Compatibilité avec les sources Ultra HD (Xbox One S, lecteur Blu-ray Ultra HD). Optique entièrement motorisée. Plage de zoom importante. Lens-shift très large.

POINTS FAIBLES

Contraste limité. Colorimétrie perfectible. Bruit avec la luminosité maximale. Léger crosstalk présent en 3D (dédoublement de l'image). Imposant.

CONCLUSION

Le vidéoprojecteur Epson est intéressant à plus d'un titre. Son optique entièrement motorisée est exemplaire. L'amplitude du zoom est très importante, tout comme celle du lens-shit, ce qui permet de positionner ce vidéoprojecteur n'importe où dans la pièce sans avoir à faire de sacrifice sur la qualité d'image. La nouveauté la plus appréciable est la compatibilité avec les sources Ultra HD/4K grâce au mode de simulation 4K. Ce n'est pas un rendu 4K natif, mais il permet de reproduire une partie des détails des Blu-ray Ultra HD et assure la compatibilité avec le HDR. Sur ce point, l'Epson est probablement le meilleur rapport qualité/prix actuellement puisqu'il est vendu environ 2 600 €, quand un vidéoprojecteur 4K natif comme le Sony VPL-VW550ES (très proche du VW500ES) est affiché aux alentours de 7 000 €. Sa calibration perfectible en sortie d'usine et son contraste limité lui coûtent sa cinquième étoile.